lundi 31 janvier 2011

Bijoux de famille

Les bijoux et moi, c'est pas du tout une histoire d'amour...j'en porte très peu, et pour cause, je les perds ou les casse quasiment à chaque fois...

Pourtant, je m'intéresse quand même de près aux petites marques de créateurs. Et il y en a une qui m'a tapée dans l'oeil depuis un bout de temps : La Tonkinoise à Paris.
Il s'agit d'une marque de bijoux "néo-vintage". Kesako ?
La créatrice, diplômée de l'école d'Arts Appliqués Duperré, propose uniquement des pièces uniques, composés d'éléments (plus ou moins) anciens recyclés.
Le résultats : des bijoux pleins de petits trésors, et rétro juste comme il faut...
 



dimanche 30 janvier 2011

Une illustratrice pour les grands enfants : Rebecca Dautremer

J'avais repéré au moment de noël un livre d'Alice aux pays des merveilles magnifiquement illustré par Rébecca Dautremer...Aujourd'hui, j'ai été gâtée, et ce soir j'ai la chance d'avoir ce magnifique album en ma possession. L 'occasion pour moi de revenir sur cette artiste que j'aime beaucoup.


Pour commencer, Alice au pays des merveilles...Un texte pour le moins à la mode depuis le film de Tim Burton (et Disney). Des Alices, on en a vu partout, pas seulement dans les librairies, mais aussi dans la mode. On aurait presque envie de fuir au simple énoncé du titre...Mais franchement, là, ça serait dommage. Tout simplement parce que c'est un très beau livre. Un livre qu'on découvre comme un trésor.  Parce que, pour une fois, il s'agit du texte original et intégral de Lewis Carroll. Et c'est assez rare pour être souligné. Ensuite, parce que, au détour des pages, on découvre un tas de petites merveilles...en noir et blanc ou colorées, au coin d'une page ou comme un tableau, on redécouvre l'histoire comme si on ne l'avait jamais lue.

 

Et Rebbecca Dautremer,c'est aussi ça :

Qu'elle travaille sur des grands classiques comme Cyrano, ou sur des textes plus originaux, comme L'amoureux, les dessins de Rebecca Dautremer sont toujours remplis de sensibilité et de féerie. On est facilement transporté par la délicatesse de son travail. Et lorsqu'elle s'attelle au dessin animé, on y va les yeux fermés, un dimanche après midi d'hiver bien froid, et on déguste !
Et si vous ne voulez pas dévaliser le rayon jeunesse de votre librairie, vous pouvez découvrir le travail de Rebecca Dautremer dans un Art Book : des illustrations, déjà publiées ou non, des croquis, des photos...


Un très bel univers, pour les grands qui sont restés petits !


jeudi 27 janvier 2011

Bento : pique-niquer avec classe

Pour les 30 ans de mon Charmant, j'avais décidé de lui offrir son rêve : le Japon. Nous voilà donc partis pour une peu plus de 3 semaines...
Malheureusement, un accident de dent de sagesse et une bonne allergie m'ont légèrement empêchée d'apprécier le voyage à sa juste valeur. Bref, je m'égare...Heureusement, là-bas il y a quelques petites choses qui m'ont aidées à retrouver goût à la vie !

Les bentos box, ces petites boites qu'utilisent les japonais pour emporter leur déjeuner,  en font partie...

 Tous ces modèles sont disponibles sur monbento.com

Vous me direz, c'est la même chose que le tuperware de mamie dans lequel on case sa salade de pâtes.
Oui, mais pas que ! Parce que les bentos :
  1. C'est pratique : y a pleins de petits compartiments, et même parfois plusieurs étages pour ranger sa salade de pâtes, mais aussi du jambon ou autres protéines (indispensables dans une alimentation équilibrée je vous rappelle), des légumes (5 fruits et légumes par jour), un morceau de fromage, et même un petit dessert...
  2. C'est équilibré (cf juste au dessus, les protéines, les légumes...)
  3. C'est joli : de toutes couleurs, avec des dessins, des fleurs, des personnages de dessins animés..
  4. C'est ludique : il existe pleins de petits accessoires qui permettent de rendre le déjeuner amusant (des moules de toutes les formes pour le riz, des petits pics colorés, des pipettes de sauce en forme de poisson...).  



    Et là d'un coup, le déjeuner sur le pouce entre l'ordi et les dossiers a l'air beaucoup plus classe...

    Quelques adresses : 

    Bento Kawaii
    French Bento
    Bento & Co

    mardi 25 janvier 2011

    La vie en Auvergne

    Pour ceux qui comme moi zappent devant la télé le dimanche soir, en espérant que finalement, le lundi n'aura pas lieu, vous l'avez peut-être vu...un reportage de Capital sur l'Auvergne. Je ne pouvais pas ne pas en parler, tant pis pour vous, j'en remets une couche. D'abord, parce que j'adore cette région, et que régulièrement, je pense à aller m'exiler là-bas, loin du tumulte parisien. Ensuite, parce que dans ce reportage, les journalistes ont présenté une campagne de promotion pour l'Auvergne que je trouve absolument top.
    Il s'agit en fait d'une campagne Internet, qui existe depuis l'année dernière il me semble.  Avec un site très bien fait, des vidéos tout à fait drôles, des outils de mesure très fiables, des témoignages vraiment poignants.
    Tout ça, c'est pour la blague... Mais franchement, c'est quand même mieux que "La montagne, ça vous gagne" ! D'autant que cette campagne a aussi un volet très sérieux : un site sur lequel on peut trouver toutes les infos pratiques pour s'installer là-bas. Je trouve que l'initiative est vraiment géniale !
    Allez y faire un tour : Auvergnelife - les Urbanophiles. Bon certes, il y a un risque : c'est de plaquer votre job dès le lendemain pour aller grimper sur les volcans. Mais je vous aurai prévenu !

    En attendant, voici une des vidéos dispo sur le site des Urbanophiles : 


    Et j'en rajoute une couche avec quelques photos, car au cas où vous ne l'auriez pas compris, j'adore cette région...





    Crédit photos : Philippe et  Marie Turlure ;-)

    dimanche 23 janvier 2011

    Twist - Delphine Bertholon

    D'abord, il faut savoir que je suis nulle pour choisir les livres...Ou plutôt, je suis nulle pour trouver des livres que j'aime et que j'ai envie de finir. J'en achète souvent, que finalement, je laisse tomber au bout de quelques pages...

    Celui-ci, c'est Twist, le 2ème roman de Delphine Bertholon.

    Franchement, la 4ème de couverture ne ferait pas forcément rêver tout le monde : "Madison Etchart, 11 ans, est enlevée au retour de l'école. Au fond de la cave qui lui sert de chambre, elle essaie de comprendre et recompose son monde au fil de ses cahiers. Deux voix lui font écho : celle de sa mère brisée mais qui espère toujours et celle de Stanislas, un étudiant qui lui donnait des cours de tennis. Un roman sur la vie intérieure d'une adolescente grandie en captivité."
    Et bien moi, justement, ça ma tout de suite interpellée !

    Je l'ai lu en 2 jours, d'une traite. Ce livre, ça a été une révélation. 

    C'est une histoire originale, construite de façon originale. C'est une histoire de liberté, une histoire de personnes sauvées par l'écriture, une histoires de vie(s).
    Celle de Madison qui vit enfermée dans une pièce sans savoir pourquoi et qui écrit tout dans des cahiers. 
    Celle de Léonore, la mère de la fillette, qui lui écrit chaque jour des lettres.
    Et celle de Stanislas, le professeur de tennis de Madison, enfermé dans une histoire d'amour un peu absurde.

    Voilà, le décor est planté. Et je vous imagine bien, derrière votre écran, en train de vous dire : "encore une histoire glauque de fait divers". Et bien non, pas du tout ! A aucun moment l'auteur ne tombe dans le style fait divers. Pas de détails scabreux, pas de ravisseur pervers, pas de violence inutile...juste Madison, une fille de 11 ans, qui écrit dans ses cahiers toutes ses questions de fillette qui rentre dans l'adolescence. Elle est  enfermée dans une pièce, certes. Mais elle est aussi enfermée dans une vie qu'elle ne comprend pas, dans un corps changeant, qu'elle ne comprend pas non plus. Elle s'ennuie. Elle a peur...d'oublier, de changer, d'aimer, de disparaître...Elle écrit aussi toutes les stratégies qu'elle imagine pour se libérer de son ravisseur, mais aussi de son corps, de ses peurs, de ses envies, de la vie...
    Pendant ce temps, sa mère écrit des lettres. Elle confie sa peine d'avoir perdu sa fille, ses regrets de mère, ses regrets de fille ou de femme, ses questionnements sur l'éducation, ses doutes, ses angoisses de vieillir, son ennui...mais aussi ses joies., celle d'être une mère, celle d'être une femme.
    Et puis il y a Stanislas. Stanislas est étudiant en lettres. Il était le prof de tennis de Madison lors de l'enlèvement. Il continue ses études à Paris. Il veut devenir écrivain. Lui raconte son histoire d'amour. Une histoire d'amour qui l'empêche de prendre des décisions, d'écrire, de vivre vraiment.

    Ici, finalement, le contexte de l'enlèvement et de la captivité sert une autre histoire...une histoire universelle. L'histoire des barrières que l'on rencontre dans la vie, que l'on crée parfois, qui nous servent de refuge mais qui nous étouffent et nous empêchent d'avancer. L'histoire de ce qui nous pousse, ce qui nous tient, ce qui nous aide chaque jour à aller plus loin, à être libre. Et enfin, l'histoire des stratégies, des réflexions, des choix qu'on fait tous les jours pour vivre...alors que finalement, on ne saura jamais où on va...et pourtant!

    Voilà...Je me suis retrouvée dans ce livre. Il m'a donné envie...Envie d'écrire, d'aimer, d'avancer, de vivre. C'est plein d'espoir, c'est sensible...J'ai adoré !

    samedi 22 janvier 2011

    Les chaussettes de l'Arsiduchesse sont-elles chèches ou arsi chèches ?

    Aujourd'hui, j'ai envie de rendre gloire à une marque qui bouscule un peu le triste monde de la chaussette...
    Je ne sais pas vous, mais moi, j'achète les miennes chez monop ou autre casino. J'en glisse une ou deux paires dans mon panier entre le paquet de jambon et les yaourts. Pas très fun donc, les chaussettes...

    Et puis, il y a eu  Archiduchesse.

    Le principe : des chaussettes de toutes les couleurs (à assortir avec ses converses), et quelques modèles fantaisies.

    Vous me direz, ça n'a rien de révolutionnaire...mais ce que j'aime surtout chez eux, c'est...eux :
    1. Le nom de leurs produits d'abord : dans les chaussettes unies, nous avons au choix les chaussettes "Rouge Arlette & Olivier", "Vodka pomme", "Marron chocolat au lait", ou encore "Gris cons de pigeons". Depuis peu, ils proposent aussi une gamme de "drôles de chaussettes" fantaisie : mention spéciale pour les "Open space Invaders". 
    2. Ensuite, ils fabriquent intégralement leurs produits en France, et ça, pour reprendre le parler Fessebouque : "J'aime".
    3. Et enfin, la transparence de la marque. Ils tiennent un blog dans lequel ils nous racontent teur cheminement et toutes leurs péripéties (ça va du choix du statut au CA mensuel, en passant par les questionnement concernant le choix des visuels ou la tarification) depuis la création (par le concepteur du tee-shirt store "lafraise.com). 
    4. Et pour finir de me (vous) convaincre, ils sortent une gamme de jambières...

    vendredi 21 janvier 2011

    La déco pas comme il faut...

    En octobre dernier, j'ai décidé de redécorer mon appart... J'ai donc retroussé mes manches et je m'y suis mise : arrachage de papier peint, lissage, ponçage (note pour moi-même : au prochain déménagement,  penser à choisir un appart plus petit !). 

    Et enfin est venu le temps de la déco... J'avais envie d'un intérieur rétro et romantique, à la Amélie Poulain, avec quelques pointes de design, des meubles et objets anciens, et une touche rock'n'roll... J'ai commencé par me balader sur le net pour glaner quelques bonnes idées, et j'ai découvert la décoratrice anglaise Abigail Ahern. J'ai tout de suite aimé son style si décalé.

    Sa spécialité : le gris, pour les murs, et les sols, qu'elle égaye avec des objets insolites et colorés, comme une lampe géante bleue, un abat jour à pompons, du papier peint "livre", ou encore une table basse rose fuchsia. Elle mixe parfaitement ses créations, avec du mobilier de designer, et des objets vintages. Le résultat est détonnant !







    jeudi 20 janvier 2011

    Chèresloques, re/créateur de mode

    L'année dernière, j'ai eu une petite illumination : l'environnement c'est important, le bio c'est pas du pipeau. J'ai donc décidé de devenir plus écolo... Du coup, j'ai essayé de changer quelques unes de mes habitudes : pour la cuisine et la salle de bain, aucun problème pour trouver des produits bio et (plus ou moins) locaux... Mais pour mon armoire, autant dire que le choix est encore très limité... J'ai quand même trouvé quelques petites marques sympathiques...

    En voici une qui mérite vraiment d'être connue :  Chèresloques, re/créateur de mode.
    Une marque qui propose des vêtements et accessoires recyclés, fabriqués à partir d'autres vêtements : ça donne des modèles uniques et super originaux...

    Voici ceux que j'ai préférés (je ne porte quasiment que du noir mais la marque propose des modèles plus colorés) :


    Et pour couronner le tout, si un modèle déjà vendu vous plait, Chèresloques peut recréer un modèle similaire rien que pour vous, ou encore créer de nouvelles pièces à partir de votre vieille garde robe.

    mercredi 19 janvier 2011

    La Marelle

    Une maison d'édition d'objets que j'aime particulièrement et que j'ai déjà évoquée ici : La Marelle Éditions.

    Créée en 2004 pour éditer des objets illustrés par Mlle Héloïse, La Marelle a fait du chemin et propose aujourd'hui des objets - de la vaisselle, une collection de vêtements pour bébés, des cabas, des bijoux et de la carterie - illustrés par plus d'une vingtaine d'artistes.

    Voici ma sélection :
    Le sac "Promenons nous dans les bois", par Mlle Héloïse :
    Je l'utilise parfois comme sac à main, ou pour partir en weekend...il fait toujours sensation !

    Le miroir de poche, par Lauranne Quentric :

    La bague "Épouse moi ! ou pas", par Nicoletta Ceccoli

    Et pour noter toutes les idées qui me passent par la tête, le "cahier d'idées folles et saugrenues"
    , par Lindye Dourthe :


    Finalement, j'achèterai tout sur ce site...les objets sont toujours poétiques, joyeux et originaux...Et vous, vous aimez ?

    mardi 18 janvier 2011

    Arrietty le petit monde des chapardeurs

    Lors de mon voyage au Japon il y a deux ans, j'ai visité le musée Ghibli...j'en ai gardé un souvenir incroyable...alors leur nouveau film, autant dire que je l'attendais...

    Donc mercredi dernier, ni une ni deux, j'ai pris mon Charmant, et direction le Mk2 Bibliothèque (j'adore ce cinéma avec ces sièges pour 2, vraiment terrible ! ).

    Arrietty le petit monde des chapardeurs


    On arrive à l'heure (ces derniers temps, on avait la fâcheuse tendance de louper la séance, mais ça, c'est une autre histoire), on s'installe, avec le popcorn et tout ce qui va bien...et c'est parti pour une heure et demi de...rêve pour certains - parce que c'était vraiment beau et poétique ! - et d'ennui pour d'autres (mon Charmant s'est endormi), parce que l'histoire n'est pas aussi extraordinaire que les films précédents...

    Finalement, on a l'impression d'avoir vu un (magnifique) tableau animé...et c'est déjà ça !




    lundi 17 janvier 2011

    Be Don Draper (ou pas)

    Il est créa dans une agence de publicité new yorkaise, il a un succès incontestable auprès des femmes, il a une femme magnifique, il collectionne les maîtresses, il vit dans les années 50...Oui, vous l'avez peut-être deviné, il s'agit du fameux personnage de la (géniale) série Mad Men, Donald Draper. Le dit-personnage apparaît comme un homme typique des fifties intègre et chevaleresque, mais avant tout un homme très mystérieux, qui ment à tout le monde et sur tout, collectionne les aventures, en y mettant fin (ou pas) quand ça l'arrange.

    Et pourtant, entre nous, on l'adore toutes !
    Mon Charmant me le dit depuis longtemps, les filles aiment les mufles...Et force est de constater, que oui, un peu...

    Alors vous voulez connaitre ses secrets pour séduire ?
    Voici une petite vidéo (à ne pas suivre à la lettre)
    Step 1:
    When in doubt, remain absolutely silent.
    Step 2:
    When asked about your past give vague, open ended answers.
    Step 3:
    Have a great name.
    Step 4:
    Look fantastic in a suit
    Looks fantastic in casual wear
    Look fantastic in anything
    Sound good
    Smell good
    Kiss good
    Strut around with supreme confidence
    Be uncannily successful at your job
    Blow people away everytime you say anything
    Take six hour lunches
    Disappear for weeks at a time
    Lie to everyone about everything
    Drink and smoke constantly
    …basically be Don Draper

    Si vous souhaitez des conseils personnalisés, allez faire un petit tour sur le site What would Don Draper do ? qui distribue de (plus ou moins) bons conseils pour devenir le parfait mâle des fifties.

    Quelques morceaux choisis : 
    93. Don't let her leave the house dresses like that.

    87. Judge a secretary by her ability to keep things off your desk.

    86. Skip out on fireworks with your family to call your girlfriend. Then head home for a glass of milk.

    77. Dear Don Draper, I’m a housewife and find my days depressing and empty. My husband is almost no help with the children. Should I leave him or suffer in silence?
    By chance, are you almost no help with his job? Emptiness is a good thing. For relief. Find the depressing part(s) of your day. If it’s the time you spend with your husband, then yes, leave him. If it’s the children, leave them. If it’s just the repetition, the routine of homemaking, hire help and get out of the house. Fill those empty parts of your day with something new: a forgotten passion, a release (have you tried a Relaxicisor?) - maybe a gun. Then return to your family and ask yourself if it’s enough. And if not, must you always be full?
    68. Start Sunday with a couple Bloody Marys.

    51. Dear Don Draper, A girl smiled at me all the way home from work on the bus last night but I’m not sure if it was because I’m handsome or just a better prospect than the old man sitting next to me who smelled of wee. Any ideas?
    No. You should never get ideas from some stoned beatnik’s hazy grin. Additionally, you shouldn’t ride the bus. Or sit next to old men who smell of piss. Have you ever seen a lantern-jawed winner on the bus, brimming with false modesty? You haven’t. Just poor people with poor habits. 

    samedi 15 janvier 2011

    Et toi, t'as quel âge ?

    Qui n'a jamais regardé au fond du verre à la cantoche pour connaitre son âge ?
    Aujourd'hui, on replonge en enfance grâce à Onze Dixième qui revisite les fameux verres Duralex de façon vraiment rigolote :

    La version expresso avec les "Verres Moulus" :

    La version animaux avec les "Verres Cantines" :

    Et ma préférée, la version dicton avec les "Verres Dict" :

    vendredi 14 janvier 2011

    La fameuse histoire de la lampe-chien...

    Au départ, il s'agissait d'une autre lampe : la lampe-lapin. Un objet très à la mode, vu sur tous les blogs, je n'y avais pas échappé, cette lampe m'avait tapée dans l'œil, évidemment...

    J'en étais sûre, un jour, elle serait mienne...

    C'était sans compter sur la lampe-chien...une ancienne lampe publicitaire des années 80...une pièce de collection, originale, totalement décalée...il n'en fallait pas moins pour me séduire...je l'ai trouvée au pied du sapin, et ça tombe bien, j'adore !


    jeudi 13 janvier 2011

    Nicoletta Ceccoli







    Nicoletta Ceccoli est une illustratrice Italienne que j'ai découverte sur le site de la Marelle.
    J'adore ! C'est poétique, féérique...et bizarre ! Ça me rappelle un peu Mark Ryden, en plus soft.
    Vous pouvez découvrir son univers ici.