dimanche 23 janvier 2011

Twist - Delphine Bertholon

D'abord, il faut savoir que je suis nulle pour choisir les livres...Ou plutôt, je suis nulle pour trouver des livres que j'aime et que j'ai envie de finir. J'en achète souvent, que finalement, je laisse tomber au bout de quelques pages...

Celui-ci, c'est Twist, le 2ème roman de Delphine Bertholon.

Franchement, la 4ème de couverture ne ferait pas forcément rêver tout le monde : "Madison Etchart, 11 ans, est enlevée au retour de l'école. Au fond de la cave qui lui sert de chambre, elle essaie de comprendre et recompose son monde au fil de ses cahiers. Deux voix lui font écho : celle de sa mère brisée mais qui espère toujours et celle de Stanislas, un étudiant qui lui donnait des cours de tennis. Un roman sur la vie intérieure d'une adolescente grandie en captivité."
Et bien moi, justement, ça ma tout de suite interpellée !

Je l'ai lu en 2 jours, d'une traite. Ce livre, ça a été une révélation. 

C'est une histoire originale, construite de façon originale. C'est une histoire de liberté, une histoire de personnes sauvées par l'écriture, une histoires de vie(s).
Celle de Madison qui vit enfermée dans une pièce sans savoir pourquoi et qui écrit tout dans des cahiers. 
Celle de Léonore, la mère de la fillette, qui lui écrit chaque jour des lettres.
Et celle de Stanislas, le professeur de tennis de Madison, enfermé dans une histoire d'amour un peu absurde.

Voilà, le décor est planté. Et je vous imagine bien, derrière votre écran, en train de vous dire : "encore une histoire glauque de fait divers". Et bien non, pas du tout ! A aucun moment l'auteur ne tombe dans le style fait divers. Pas de détails scabreux, pas de ravisseur pervers, pas de violence inutile...juste Madison, une fille de 11 ans, qui écrit dans ses cahiers toutes ses questions de fillette qui rentre dans l'adolescence. Elle est  enfermée dans une pièce, certes. Mais elle est aussi enfermée dans une vie qu'elle ne comprend pas, dans un corps changeant, qu'elle ne comprend pas non plus. Elle s'ennuie. Elle a peur...d'oublier, de changer, d'aimer, de disparaître...Elle écrit aussi toutes les stratégies qu'elle imagine pour se libérer de son ravisseur, mais aussi de son corps, de ses peurs, de ses envies, de la vie...
Pendant ce temps, sa mère écrit des lettres. Elle confie sa peine d'avoir perdu sa fille, ses regrets de mère, ses regrets de fille ou de femme, ses questionnements sur l'éducation, ses doutes, ses angoisses de vieillir, son ennui...mais aussi ses joies., celle d'être une mère, celle d'être une femme.
Et puis il y a Stanislas. Stanislas est étudiant en lettres. Il était le prof de tennis de Madison lors de l'enlèvement. Il continue ses études à Paris. Il veut devenir écrivain. Lui raconte son histoire d'amour. Une histoire d'amour qui l'empêche de prendre des décisions, d'écrire, de vivre vraiment.

Ici, finalement, le contexte de l'enlèvement et de la captivité sert une autre histoire...une histoire universelle. L'histoire des barrières que l'on rencontre dans la vie, que l'on crée parfois, qui nous servent de refuge mais qui nous étouffent et nous empêchent d'avancer. L'histoire de ce qui nous pousse, ce qui nous tient, ce qui nous aide chaque jour à aller plus loin, à être libre. Et enfin, l'histoire des stratégies, des réflexions, des choix qu'on fait tous les jours pour vivre...alors que finalement, on ne saura jamais où on va...et pourtant!

Voilà...Je me suis retrouvée dans ce livre. Il m'a donné envie...Envie d'écrire, d'aimer, d'avancer, de vivre. C'est plein d'espoir, c'est sensible...J'ai adoré !

Aucun commentaire: